Les nouvelles du CHICM

Compte rendu de la réunion du Conseil d’Administration du 14 mars 20

Le président du Comité de défense du CHIC, Jean Paul Nunzi, débute la réunion en présentant les invités :

-Les représentantes des syndicats hospitaliers de l’établissement : Mmes Fernande Delmas et Sandrine De Carvalho pour la CGT, Mmes Jackie Gallego et Veronique Acurlio pour la CFDT, Mme Séverine Couteau pour FO.

– Etaient également invités les Présidents des Commissions Médicales d’Etablissement (CME) de Montauban Mr le docteur Pierre Mardegan et de Castel-Moissac. Mr le Dr Bassam Lemaire  qui était excusé (en congé) mais avait indiqué qu’il se ferait représenter – malheureusement aucun représentant n’est venu, ce qui est regrettable.

Le président rappelle les actions du comité qui étaient d’assurer la pérennité du service chirurgie de l’hôpital de Moissac. Suite à nos demandes répétées, la commission  médicale  d’établissement avait proposé la création sur Moissac d’1/2 poste P.H. en chirurgie orthopédique (destiné au Dr Nesry) et la conservation du poste de P.H. qui existe déjà. Après une année probatoire, le Docteur Nesry occuperait le poste à plein temps de praticien hospitalier titulaire, le 1/2 poste libéré serait attribué au docteur Faure. Le plateau technique disposerait ainsi de praticiens hospitaliers en chirurgie digestive et orthopédique, titulaires. Le comité de défense était satisfait de cette avancée.

Mr le docteur Nesry affirme que la direction de l’établissement l’a informé  que l’ARS avait confirmé la création du demi-poste de PH en chirurgie ortho –traumatologie, information confirmée par Mr le docteur Mardegan.

BONNE NOUVELLE DONC QUI MONTRE QUE L’ACTION MENEE A ETE PAYANTE

Jean Paul Nunzi  passe la parole aux représentants syndicaux pour qu’ils nous fassent part de leurs remarques, inquiétudes, observations ou revendications concernant les établissements hospitaliers de Castel-Moissac y compris les EHPAD.

1) Pour le personnel : manque de lisibilité, de compréhension et de communication dans la mise en application et le fonctionnement du G.H.T. Ce point est la première interrogation.

Les représentants syndicaux affirment que leurs collègues montalbanais ne sont pas demandeurs de la construction d’un nouvel hôpital du coté de Bressols mais souhaitent des travaux de restauration et d’extension dans le périmètre de l’établissement actuel.

2) Concernant les conditions de travail : Gros problèmes aux niveaux des congés annuels, c’est une situation qui se dégrade.

-Impossibilité de poser 3 semaines de congés en juillet-août, ceci dans beaucoup de services              -Autre remarque : les familles avec enfants sont privilégiées et cela est discriminatoire.

-Sur les heures supplémentaires : exemple au niveau des infirmières – Les heures supplémentaires sont de plus en plus nécessaires pour faire face à l’accroissement de travail mais de plus en plus de difficultés pour récupérer ces heures qui finissent par s’accumuler de façon inquiétante.

Comment sont calculées les heures supplémentaires :

°Dans les EHPAD il n’y a plus d’infirmières à partir de 20h, s’il y a une urgence à 19h30 le travail peut vous entraîner jusqu’à 22 ou 23h.

°Le  temps de réunion est calculé en heures supplémentaires

°Quand il y une charge de travail plus importante sur les soins et comme il y a moins d’effectifs, le temps de travail peut être dépassé.

En règle générale les heures supplémentaires ne sont pas contestées, mais le problème est la récupération. Elles sont cumulées d’une année sur l’autre : exemple d’une infirmière qui fin 2016 a 34h de récupération, et aujourd’hui, en mars 2017, plus de 60h. Certains cumulent 100h voire 120h.

3) La réduction de personnel se fait de plus en plus sentir.. Exemples :

– le passage à 12h a fait que plus de 10 infirmières ont été renvoyées en 2014 – certaines étaient sous contrat qui n’a pas été renouvelé, d’autres n’étaient pas titulaires mais bénéficiaient d’une bourse d’étude et ont été invitées à partir –

A noter l’existence de contrats précaires pour certaines personnes qui ont plus de six ans de présence, ce qui est illégal.

_ La continuité des soins est de plus en plus difficile à assurer. On déshumanise le relationnel avec le malade car les conditions de travail ne sont plus possibles sans parler de la fatigue du personnel et ceci au profit de la rentabilité –

4) Le problème du déménagement avant le début des travaux lors la construction de la maison de retraite à Castelsarrasin, prévu fin septembre début octobre :

– Aujourd’hui il n’y a pas de déménageurs et pas de camions de déménagement. Le personnel se refuse à assurer ce « service ».

5) Le manque de matériel au niveau de l’EHPAD. Il faut tout le temps réclamer ou faire autrement ce qui rend la tâche difficile au quotidien.

6) Problème de fonctionnement du laboratoire d’analyse : Disfonctionnement dans le système de garde et la fermeture la nuit de plus en plus fréquente – exemple : en mars 6 nuits sont prévues et à chaque fermeture les analyses sont envoyées en taxi sur Montauban, où est la rentabilité ? – Nota : Mr Botta à demandé à la direction une évaluation de ces coûts de transport et à ce jour, il n’a reçu aucune réponse. Mr le Dr Mardegan intervient pour dire que tout le monde partage ce constat, mais pour que le service des urgences continue de fonctionner, c’est cette solution que la direction a prise, même si ce n’est pas la meilleure, cela nous permet d’avoir l’autorisation de poursuivre l’activité.

7) Dans les EHPAD, en l’absence de médecin traitant, les infirmières sont obligées d’appeler le Samu et cela  pose problème – réponse de Mr Mardegan : Faire appel au médecin régulateur qui analyse la situation avec l’infirmière et propose les bonnes solutions en fonction du diagnostic, aussi ne pas hésiter à appeler le 15 –

Mr le Dr Mardegan intervient à nouveau pour dire : « Le Samu c’est 55000 appels par an, tous les matins nous avons une réunion  pour faire le point sur chaque dossier et nous faisons au mieux pour résoudre les problèmes car on est parfaitement conscients des difficultés que nous rencontrons et on essaye de trouver toujours des solutions même en période de tension.

Le président déclare en conclusion que le comité de défense reste à l’écoute des remarques des syndicats et qu’il est solidaire des revendications des personnels hospitaliers.

 EN DEUXIEME PARTIE IL EST PREVU DE FAIRE LE POINT SUR LE GHT AVEC LES PRESIDENTS DE CME

Le Dr Mardegan indique que l’assemblée constitutive à bien eu lieu. Les instances sont mises en place. Le conseil médical est installé, également la présidence de la CME : c’est le médecin de Valence d’Agen qui en prend la présidence. Les structures sont en place, les différentes filières vont démarrer, la première filière, la gastro- entérologie, en lien avec Montauban. Des médecins de l’hôpital de Montauban viendront consulter et opérer à Moissac et ainsi pratiquer la médecine de proximité. Mise en place 2ème trimestre 2017 pour la partie digestive. Il faut aussi que le patient soit acteur et qu’on lui explique ce qu’est le GHT.

La partie gynéco-obstétrique est en place. Pour la partie orthopédique on va attendre que le Dr Nesry soit en poste. L’objectif pour Moissac et Montauban est de rester attractif d’où la nécessité de renforcer cette alliance pour offrir des services de qualité pour la population du département avec 2 sites d’intervention. Il est important que cela marche car le changement de propriétaire de la clinique du Pont des Chaumes (une des plus grosses sociétés au niveau mondial) pourrait inquiéter sur l’avenir de l’hospitalisation publique dans le département

Question : quelle garantie avons-nous de maintenir à Moissac l’activité en particulier l’orthopédie, car l’inquiétude est de ne voir que des opérations ambulatoires à Moissac et de voir partir sur Montauban les interventions plus importantes.

Réponse du Dr Mardegan : les structures qui se mettent en place et que je viens de décrire sont à titre expérimental. On peut toujours faire des constats et retourner en arrière. D’autre part, certaines interventions très lourdes nécessitent un encadrement technique spécifique qui ne peut être assuré à Moissac (Réanimation pour des pathologies lourdes cardiaques ou respiratoires). En ce qui concerne la chirurgie ambulatoire c’est une évolution médicale positive pour le bien du malade. Dans un cas comme dans l’autre il faut faire confiance au corps médical. Il n’y aura pas de frein aux opérations sur l’Hôpital de Moissac.

MAISON DE RETRAITE DE CASTELSARRASIN

Question de Mr Angello Bordignon : Où en est-on dans le montage financier concernant l’EHPAD de Castelsarrasin ? Aujourd’hui participe au financement la Marie de Castelsarrasin, l’ARS pour un montant de 200.000 €, un montant à confirmer de l’ex-Ministre pour 500.000€, sans oublier le conseil départemental. Ce qui inquiète c’est que nous avons aujourd’hui 4 voire 4,5 millions d’€ mais pour arriver à 16 millions on va avoir recours à l’emprunt. Qui va payer ? les résidents !!! ce qui veut dire que le montant de l’hébergement va augmenter de 300€. Quelles sont les familles qui pourront rester dans ces conditions?

Réponse du Maire de Castelsarrasin : Nous sommes en poste depuis 2014 et nous nous battons pour voir se réaliser la construction de ces nouveaux bâtiments. Nous apportons toutes les solutions pour que la ville, le département et d’autres financeurs participent au montage financier. Actuellement on est avec le directeur de l’Hôpital sur un emprunt de 10 millions. L’objectif poursuivi est de faire le maximum pour réduire l’emprunt. Monsieur Bésiers semble avoir encore des solutions en attente.

AFFAIRE A SUIVRE

 

 

Intervention de Monsieur Angélo Bordignon, vice-président du comité de défense de l’hôpital

Lundi 16/01/2017 à 10 heures : les familles des résidents de la maison de retraite les  » Hortensias » de CASTELSARRASIN étaient invités à visiter l’ancienne maison de retraite les  »Tulipes » de MOISSAC (le long de canal) qui accueillera les personnes âgées durant les travaux de reconstruction. Des travaux d’aménagement sont en cours actuellement. Les chambres sont exiguës et ne comportent pas de placard. Ce sera une solution provisoire, mais à minima : une durée de deux ans à deux ans et demi. L’établissement recevra 69 résidents… sur trois étages. Inutile de dire que pratiquement tous les résidents souhaitent être affectés au rez de chaussée. Dans un premier temps tous les personnels devraient accompagner les résidents pour assurer le transfert. Nombreuses sont les familles qui sont préoccupées par les effets de dépaysement et de perte de repères de leurs proches. Par la suite il est fort à parier que le effectifs seront revus à la baisse. Qu’elles incidences : 6 / 8 personnels en moins ?… La DRH a précisé « on s’adaptera ». La bonne nouvelle : enfin !… depuis le lundi 09/01/2017 une animatrice a été embauchée afin de pallier à l’absence, à ce poste depuis le mois d’octobre 2014 à CASTELSARRASIN. Elle aura en charge 109 résidents : entre trois jours à CASTELSARRASIN et deux jours à MOISSAC. Mercredi 18/01/2017 à 16 heures aux  »grains dorés » à MOISSAC a eu lieu le Conseil de Vie Sociale. Le règlement stipule que cet organisme doit se réunir au minimum trois fois par an… Or en 2016 une seule réunion a été programmée en juin. La Direction s’engage pour 2017 à respecter la réglementation. De même cette instance n’a toujours pas connaissance des éventuelles augmentations tarifaires pour 2017. Pourtant les familles vont recevoir le premier titre de paiement (janvier 2017) dans quelques jours et une nouvelle fois seront mises devant le fait accompli. Le 20 janvier un document signé de MM les Maires de CASTELSARRASIN et MOISSAC, ainsi que de M le Directeur du CHICM semble enfin ! amorcer de manière sérieuse le PROJET de reconstruction, attendu depuis les années 2002. Vous avez bien lu : depuis « 2002 »… Le montant initial prévoyait quelques 18 M€… Actuellement le coût s’établirait aux environs de 16,5 M€… pour une démolition et une reconstruction de 130 lits. Pour l’instant il n’est pas prévu de laverie. Le linge continuerait à être lavé à MONTAUBAN Or 130 lits suffisent déjà à justifier la nécessité d’une laverie, sur le sel site de CASTELSARRASIN En y ajoutant les services : du SSR (Moyen Séjour) de la Cure Médicale et du Long Séjour, il apparaît non seulement nécessaire, mais indispensable le fait de disposer d’une laverie sur place. Cela éviterait les transferts du linge sur MONTAUBAN. Cela raccourcirait sérieusement les délais pour disposer du linge. Il est inconcevable qu’une structure neuve ne soit pas normalement équipée, non seulement pour le présent , mais aussi pour le futur… Nous espérons obtenir satisfaction (tant qu’il est encore temps) car les avancées du cabinet d’architectes n’en sont qu’à 50%… aux dires du Directeur. Autre préoccupation et non des moindres, nous ne disposons toujours pas du montage financier. L’Agence Régionale Santé apporterait : 1 960 000 € ( + 1 M€ par rapport à l’an passé). Le Conseil Départemental : 305 000 € ( somme serait multipliée par trois). Mme PINEL 500 000 € ( existent-ils encore) ?… Mairie de CASTELSARRASIN ?… Autres ?… Nous en serions approximativement à quelques : 4,5 M€…. pour atteindre les 16,5 M€, la marge reste importante. A combien s’élèvera le recours à l’emprunt ?… chaque M€ = + 1,5% de plus sur les mensualités des résidents ou de leurs familles. Auxquels il faut ajouter systématiquement 150€ mensuels… provenant des 5€ journaliers, actuellement « gratifiés » pour la vétusté de l’hébergement Donc les résidents et leurs familles doivent s’attendre à une forte très forte augmentation mensuelle, dès leur retour dans la nouvelle structure. Nos resterons vigilants, tout autant que nous devrions être informés des avancements du PROJET…

Reconstruction de la Maison de Retraite de Castelsarrasin :

Communication de Messieurs Henryot, Bésiers, Cabrières

Début des travaux Automne 2017

Le Projet de reconstruction de la Maison de Retraite de Castelsarrasin est définitivement lancé. Le Cabinet d’architectes a été  retenu durant l’été 2016 par le jury de concours (Cabinet d’architectes SEQUENCES avec le  Bureau d’Etude Techniques OTIES BEFS).

Les études seront prochainement finalisées, de sorte que la consultation d’entreprises aura lieu avant l’été 2017.

Le projet consiste en la démolition de la Maison de Retraite puis la construction d’un bâtiment neuf de 130 lits sur l’emplacement actuel.

Cette nouvelle Maison de Retraite est destinée à accueillir mi 2019, 90 résidents de Castelsarrasin ainsi que les 40 résidents des Tulipes de Moissac (EHPAD du Bord du Canal).

Le début des travaux de reconstruction est prévu à l’automne 2017 : les résidents de la Maison de Retraite de Castelsarrasin seront accueillis durant la période des travaux à la Maison de Retraite de Moissac actuellement inoccupée et qui fait l’objet d’une rénovation par les équipes techniques du CHICM. Les familles qui ont été dernièrement conviées à une visite de la Maison de Retraite de Moissac, continueront à être informées au fur et mesure de l’avancée du projet.

Le coût prévisionnel du projet, toutes dépenses confondues, s’élève à 16.5 Millions d’euros en baisse par rapport au coût prévisionnel initial.

Outre l’Etat, qui subventionne à travers un plan d’aide à l’investissement,  les collectivités territoriales (Département et Commune de Castelsarrasin) contribuent  au financement de ce projet qui représente un enjeu prioritaire pour ces collectivités.

Le conseil de surveillance ainsi que les collectivités locales se mobilisent depuis 2014 pour que ce projet si longtemps attendu se concrétise, tant les conditions d’hébergement de nos ainés ne pouvaient plus continuer ainsi. L’ensemble des Cadres Soignants, des équipes de l’EHPAD et des services techniques sont fortement impliqués ; ils ont participé activement à la réalisation du programme des besoins pour ce nouvel EHPAD.

Le personnel de l’EHPAD accompagnera les résidents dans le bâtiment provisoire de Moissac durant la période de construction.

Notre engagement est total dans la réalisation de ce projet et dans le respect des délais.

Jean Michel HENRYOT             Jean Philippe BESIERS                            Jacques CABRIERES

Pdt du Conseil de Surveillance   Vice-Pdt du Conseil de Surveillance      Directeur Du Centre

Et Maire de Moissac                            Et Maire de Castelsarrasin                      Hospitalier

Communiqué de la coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité

CONSTAT DE CARENCE AU MINISTÈRE DE LA SANTÉ

Madame la Ministre s’affole et demande aux établissements de santé, publics et privés, de déprogrammer des soins chirurgicaux et/ou médicaux, afin de faire face à l’afflux de patients atteints de grippe ou autres complications hivernales.Cela pourrait presque passer pour un gag si ce n’était pas la triste réalité !

Voilà plusieurs années que les ARS, sur ordre du ministère, taillent dans les effectifs de personnels des hôpitaux publics et y suppriment des lits, des services et des plateaux techniques.

De réformes en mesures d’austérité, Ils ne disposent plus des effectifs et des structures nécessaires à l’exercice de leurs missions et ne parviennent plus à répondre aux besoins de santé.

Parallèlement, le secteur privé, qui ne prend en charge ni les épidémies de grippe, ni les personnes en difficultés sociales, continue de prospérer.

Avec le numerus clausus, délibérément sous-estimé, la démographie médicale est en chute libre : La pénurie de médecins de ville et de praticiens hospitaliers amplifie les déserts médicaux. La permanence des soins n’est plus assurée partout.

La Sécurité Sociale a vu son rôle amoindri, au profit des complémentaires, créant une inégalité de plus en plus forte en matière de santé.

Le nombre de morts prématurées augmente chaque année, l’espérance de vie régresse pour la première fois pour certaines catégories de population.

Il est temps d’ouvrir les yeux, Madame la Ministre : notre pays est au bord de la crise sanitaire et vous en portez la responsabilité, comme vos prédécesseurs.

Depuis des années, la Coordination Nationale, des organisations syndicales de personnels hospitaliers, des médecins tirent la sonnette d’alarme, sans jamais être entendus.

Des mesures d’urgence s’imposent :

 L’arrêt des fermetures de lits et des suppressions de postes

L’octroi des moyens budgétaires permettant aux établissements sanitaires et médico-sociaux d’assurer leur mission de service public

Des politiques sanitaires et sociales à la hauteur des besoins de la population, quel que soit son lieu d’habitation

La remise en cause du numérus clausus et de la liberté d’installation

La réappropriation de la Sécurité Sociale et le respect du principe : chacun cotise en fonction de ses moyens et reçoit en fonction de ses besoins

le rétablissement de la démocratie sanitaire garantissant la prise en compte des besoins de santé des territoires.

Lure le 13 janvier 2017

 

 

 

 

 

 

 

Chirurgie orthopédique: la situation se débloque enfin

Une très bonne nouvelle qui montre que l’action tenace menée par le comité de défense depuis plus d’un an a permis le déblocage de la situation en chirurgie orthopédique.
La CME de l’hôpital Castel Moissac a, en décembre, voté à l’unanimité la demande de création de poste PH à temps partiel en chirurgie orthopédique.
Cette décision a été, en ce début d’année, acheminée à l’ARS pour être instruite et validée.
Le but de cette création est de renforcer l’offre de soins sur le bassin de santé ouest du département, liée à une augmentation significative de l’activité depuis 2013.
Le but est de fidéliser à l’hôpital le Docteur Nesry qui exercera ce temps partiel de PH lorsqu’il sera créé, et complètera son temps comme intérimaire. Dans un an, le Docteur Nesry pourra occuper le poste de PH à temps plein, gardé en attente, et libérer le mi-temps dont pourra bénéficier l’autre chirurgien orthopédique, le docteur Faure.
L’augmentation des séjours en orthopédie traumatologie est significative:
– 2014: 747
– 2015: 835
– janvier-octobre 2016: 767
La pose de prothèses connaît aussi une forte augmentation.
– 2012: 26
– 2014: 105
– 2015: 140
– 2016: 185
Le nombre de séjours en ambulatoire est passé de 217 en 2014 à 331 en 2016.
Cette augmentation témoigne de la notoriété des chirurgiens qui, PH titulaires dans un an, peuvent rassurer sur la pérennité du plateau technique à l’hôpital Castel-Moissac.
Le comité de défense remercie toutes celles et tous ceux qui se sont mobilisés pour obtenir ce résultat: d’abord la population du bassin de vie, avec les 8000 signatures de la pétition, lancée en début d’été; les personnels hospitaliers, les élus, les administratifs qui ont pu contribuer à cette heureuse conclusion, les présidents de CME dont Pierre Mardegan à Montauban, Conseiller départemental, qui a été à la mise en œuvre de la solution.
Le comité de défense est satisfait de cette conclusion mais reste vigilant par rapport à des problèmes qui semblent exister au niveau de la radiologie et du laboratoire d’analyses.
Le président,
Jean-Paul Nunzi

Inauguration du service des urgences

Le 16 décembre à 16 heures avait enfin lieu l’inauguration du service des urgences ouvert déjà depuis plusieurs semaines. Toutes les personnalités étaient présentes et les discours nombreux.

Rappelons simplement que le projet de modernisation des urgences avait été porté à l’ARS en 2010 par, le Maire et président du conseil d’administration de l’hôpital, Jean-Paul Nunzi, le directeur de l’hôpital, Gérard Grimal et le repsonsable départemental du service des urgences, Pierre Mardegan.

La directrice de l’ARS avait accepté ce projet (il y avait alors plus de 15000 admissions aux urgences par an) et, c’est exceptionnel, a accordé de le financer intégralement, pour 3 millions d’euros (1 million en 2011, 1 million en 2012, 1 million en 2013).

Le projet technique était donc engagé dès 2013. C’est dire que c’est sous l’ancienne municipalité que ce projet a été mis en oeuvre. Les travaux, eux, ont été réalisés sous la nouvelle municipalité.

Après bien des menaces de fermeture totale ou partielle contre lesquelles le comité de défense de l’hôpital a su mobiliser la population, ce service semble aujourd’hui pérennisé.

Totalement reconstruit, avec 5 box d’accueil, bien équipés, il permet avec efficacité de traiter le nombre croissant d’admissions aux urgences (16500 admissions comptabilisées cette année).

Des locaux neufs et adaptés, un personnel de médecins urgentistes et d’infirmiers dévoués et compétents, au côté du laboratoire, de la radiologie et du bloc opératoire, voilà de quoi rassurer les 70000 habitants du bassin de vie Castel Moissac, utilisateurs potentiels de cet équipement sanitaire essentiel.

Intervention de M. Bordignon lors de l’assemblée générale du comité de défense

Je remercie une nouvelle fois M le Président du Comité de Défense et son Conseil d’ Administration de me permettre d’intervenir… (Comme en novembre 2015)… au sujet de la maison de retraite de CASTELSARRASIN… Il est vrai que celle-ci fait partie intégrante du Centre Hospitalier Intercommunal CASTELSARRASIN / MOISSAC…

Je ne vais pas vous faire un compte-rendu de mandat : en temps que  »représentant des familles »… et également élu délégué :  »au Conseil de vie Sociale de l’établissement »…

Mais vous exposer la chronologie des évolutions depuis le début : 2013… où ont commencé mon implication et mes attributions… D’ailleurs c’était la dernière année en exercice de M GRIMAL le précédent Directeur du CHICM… parti ensuite à ST GAUDENS… (Et non à la retraite)…

Sur les conditions de prise en charge des résidents !  Nous avions évoqué la fréquence des douches… du changement des draps… des rotations de lavage du linge… de l’entretien des locaux… des soins… des animations… et de la SECURITE

             A force de faire remonter les constats… nous approchons de la douche hebdomadaire… (sauf incident ou refus)… le rythme semblerait  ainsi programmé…

Le changement des draps est plus fréquent… notamment… suite aux divers petits incidents…

Le roulement du lavage du linge doit encore s’améliorer… on est loin du jour : ( »J + 3 »)…

et surtout du linge ne revient pas… (particulièrement du linge neuf… même marqué… comme bien précisé et demandé)…

L’entretien des locaux est mieux suivi… (sauf en cas d’absence ou autres raisons diverses)…

Les soins sont appliqués d’après les prescriptions médicales… Or dans certains cas… il y a un décalage préjudiciable entre la visite du médecin traitant… et  »ce » que ne peut prescrire le médecin coordonnateur… (sans son passage)… notamment en fin de semaine…

Auquel cas… les personnels soignants n’ont d’autres recours… que d’acheminer le résident vers les  »Urgences »…

Il serait plus judicieux que le médecin coordonnateur puisse intervenir de  »facto »… d’après le carnet de Santé et les symptômes présentés… Cela accélérerait souvent la thérapie à employer…

Le problème du non remplacement de l’animatrice demeure et perdure… malgré les multiples promesses de la Direction… à le résoudre… pourtant des solutions existent… avec des personnes très motivées… qui par ailleurs opèrent déjà … (de temps à autres)… et appréciées des résidents…

Et que dire de la SECURITE !… la situation est exactement la même… croisons toujours les doigts… pour que rien n’arrive… (ni incident… ou encore moins un accident)…

Depuis longtemps : nous avons dénoncé le manque  »évident » de personnels…

En décembre 2013 : (14)  suppressions de postes étaient actées… mais (37) postes sur l’ensemble du CHICM… (depuis 2011)…  »Oui ! » : (37 postes)…vous avez bien entendu… et sans compter les postes non tenus…  La  »Presse locale » avait relayé l’information… ainsi que les Syndicats…

Plusieurs services étaient concernés… pour ne pas dire TOUS les services…

            MOTIF : retour impératif à l’équilibre budgétaire… ( 2,3 M€ de déficit avéré)… 534 000 €… rien que pour les deux maisons de retraite…  »les grains dorés » et  »les hortensias »…

Cela s’est traduit pour la maison de retraite de CASTELSARRASIN : Par moins 2 (Infirmières)… et moins 2 ( Aides – soignantes)… et la tentative avortée du passage en service continu : de 12 heures… et ce par le refus de 80%… des personnels concernés.

Par contre nous pouvons affirmer que les équipes ont été restreintes… de 2010 à 2013… Ils étaient : (6) : le matin et (4) : l’après-midi… Dès 2014 : (4) : le matin et (3) : l’après-midi… (voir le compte-rendu du 13 /06/2014)… Pourtant on nous assurait que rien n’avait bougé… cherchez l’erreur

Tous ces chiffres sont vérifiables sur les compte-rendus de la Direction et des Syndicats…

 En 2013 : pour les maisons de retraite… l’augmentation des tarifs a été brutale… +  7,75 %… application faite au mois d’août… mais avec effet rétroactif… (au 1er janvier)… Je vous laisse faire le calcul… de la note salée supplémentaire… imposée aux résidents et à leurs familles…

D’ailleurs un recours au contentieux a été déposé… auprès du Tribunal de BORDEAUX…

Ce qui n’a pas empêché une nouvelle majoration de  +  2,6%… l’année suivante…

Actuellement le CHICM semblerait… Je reste prudent… semblerait avoir retrouvé un certain équilibre budgétaire… pourtant nous n’échapperons pas à une nouvelle augmentation tarifaire pour 2017… Comprenne qui pourra !…

J’ouvre une parenthèse… ( Des personnes souhaitent donner de leur temps… venir rendre visite aux résidents les plus isolés… ceux qui n’ont plus de lien familial)…  »et bien figurez-vous que la direction appelle cela de l’ingérence »

Or que des bénévoles… d’ associations confessionnelles… caritatives… ou tout simplement civiles… qui souhaitent apporter un peu de réconfort… un  peu de chaleur humaine… juste quelques instants d’attention… voir fleurir un petit sourire à la commissure des lèvres… ou un œil quelque peu briller… relève tout simplement de  »l’humain »…

« Oui » Mesdames et Messieurs !… nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour vous faciliter l’accès… afin de venir à la rencontre de ces résidents… en toute légalité… et Merci ! à vous..

  RECONSTRUCTION de la MAISON de RETRAITE de CASTELSARRASIN :

            (Chronologie du Projet… plutôt des multiples Projets)…

En préambule… Je voudrais rappeler que ce Projet de reconstruction date… des années 2002… premières traces écrites… et que l’on en parlait déjà… bien auparavant…

Comme quoi les belles dispositions et les effets d’annonces sont restés longtemps inopérants.

Cela devrait suffire à atténuer quelques remarques récentes et surtout éviter à l’avenir la superposition de la nostalgie et des amalgames…

Au départ « sic : M GRIMAL » le Projet partait sur la réalisation de 95 lits… ( printemps 2012)

l’ ARS souhaitait une diminution du nombre de lits… le Conseil Général y était défavorable…

Propositions :  une première tranche de 55  lits… dans le parc actuel…

une deuxième tranche de 40 lits… (plus tard)… sur un terrain Municipal… (près du château d’eau)… face à :  »Cassenel »… paraît-il?…

Modalités retenues :   une 1ère tranche de 55 lits… en rez de chaussée… (uniquement)…

(Projet entièrement porté par l’établissement)… et une seconde tranche de 40 lits… (par la suite).

Compte-tenu de la déclivité du terrain nous avions insisté pour que l’on opte également pour le maintien d’un sous-sol… (locaux de stockages… archivages)… etc…

Temps de réalisation des travaux : (environ : 12 mois)… début des travaux espéré : en 2013…

Montant financier de cette tranche de 55 lits  =  6,5 M€… (environ)..

Précision du Directeur : la situation financière de l’établissement est fragile et limitée… d’où il faudra agir avec la plus grande prudence…

 Septembre 2013 : à l’ AG des Amis et Usagers de l’Hôpital… salle de l’ancienne bibliothèque… cour de la Mairie… en présence du Maire et de l’adjointe en charge des affaires sociales… (de l’époque)…

Pour la réalisation de 55 lits… le montant passait à plus de 7 M€… (7,3 à 7,4 M€)…

Montage financier :    Mairie   500 000 €      (prise en charge de la démolition)

CG        305 000 €

CNSA  / ARS      826 000 €

Vente de l’ancienne Clinique    805 000 €

Mme PINEL     500 000 €     (obtenus auprès de sa collègue Mme DELAUNAY)

Emprunt 5,8 M€… sur 30 ans… à un taux de (4 à 5) %… début des travaux : 2ème semestre 2014…

 Novembre 2013 : (information au Conseil de Surveillance… de l’établissement)…

Le Projet de la maison de retraite de CASTELSARRASIN passait de 7,4 M€ à  8,2 M€

Vente de l’ancienne clinique    405 000  € … ?… estimation divisée par deux !… pourquoi ?…

L’emprunt initialement prévu à 5,8 M€ s’élevait dès lors : à 6,4 M€

La démolition de la maison de retraite voyait la somme augmenter de manière conséquente..

(pour cause d’amiante)… et donc de dépollution du site…

Entre temps… il y eu le déplacement de la MRS (Maison de Retraite Spécialisée)… service ALZEIMER  à  MOISSAC… et sa transformation en Moyen Séjour… et celui qui jouxtait le CMS (Centre Médico-social) a été fermé… et ce depuis : (le 05/02/2014)…

 Mars / Avril 2014 : arrivée effective du nouveau Directeur… (M CABRIERES)…

 Juin 2014 : La construction d’un nouvel établissement (il s’agit toujours de la maison de retraite)…

est prévue pour : 2016…

Nous avions redemandé : pourquoi on ne réhabilitait pas les anciens bâtiments ?…

 Octobre 2014 : « Je me suis permis d’expédier un courrier »… sur les conditions de prise en charge et du quotidien des résidents… et sur l’éventuelle réhabilitation ou reconstruction de la maison de retraite…à CASTELSARRASIN…

A M BESIERS… (Maire et C Dèp)… à Mme la1ère adjointe en charge des affaires sociales…

MM le Préfet et sous/Préfet…

Aux deux députés…

Au Président du Conseil Départemental…

A  FR3…   Aux divers organes de  »Presse »… Aux stations  »Radios »…

A Mme la Directrice de l’ ARS… (Agence Régionale de la Santé)…

Aux divers Syndicats…

A la  Direction du CHICM… (90 lits étaient alors prévus)… même capacité qu’actuellement…

 Décembre 2014 : premiers échos du PMT (Plan Médical de Territoire)… qui deviendra PMP… (Plan

Médical Partagé) et maintenant : GHT (Groupement hospitalier de Territoire)…

Mais la reconstruction de la maison de retraite n’était pas remise en cause…

 Avril 2015 : Projet de construction (il s’agit encore et toujours de la maison de retraite)…

Un programmiste est désigné…  Tout se fera en consultation avec les Usagers… sic : M le Directeur

Septembre 2015 : le Projet de reconstruction de la maison de retraite sera de 130 lits… pour une première estimation d’environ 18 M€… en lieu et place de l’actuelle… et sur trois niveaux…

Un rez de chaussée… et deux étages… soit : (les 90 lits de CASTEL +  les  40 lits de MOISSAC)…

Coût de la création d’un lit : 135 000 €… pour un même ordre d’idée : aux  »grains dorés à MOISSAC » le coût était de 87 000 €… il semblerait possible d’ arriver à une évaluation d’environ… 120 000 €… par lit… à CASTELSARRASIN…  »dixit : les services administratifs du C  Dép »…

En espérant que ce ne sera pas au détriment de la qualité de la structure…

Pour l’instant les résidents et leurs familles ne sont que très… très peu informés…

 Novembre 2015 : Le représentant des familles désigné par la direction est un certain M MOLLES…

avec qui nous n’avons jamais eu le moindre contact… ni information… ni compte-rendu…

On nous explique que le plan comporte : 44 lits au rez de chaussée

44 lits au premier étage

et 42 lits au deuxième étage

Les chambres seraient assez spacieuses… enfin ! elles seraient équipées de douches individuelles… Nous attendons que l’on nous présente les éventuelles dispositions définitives et surtout…le montant qui va nous échoir…

 Mars 2016 : visite de M le préfet…je dois préciser du nouveau préfet…accompagné de M le s/préfet  de M le Maire et C Dép… ainsi que de  Mme COLOMBIE… également conseillère Départementale.

Remarque de M le Préfet : « certes c’est vétuste… mais pas insalubre »… Je vous laisse apprécier… Il a à son tour spécifié… que le dossier de reconstruction était prioritaire au niveau du département… et qu’il fallait tenir les Usagers informés… pour éviter toutes fausses informations…

 Juillet 2016 : Visite M le Pdt du C Dép : M  ASTRUC… et de M MARDEGAN vice Pdt du C Dép..

sous la conduite de M le Maire… Il y avait également trois cadres administratifs du C Dép… ainsi que la direction administrative du CHICM…

M ASTRUC était très favorable à la réhabilitation des anciens bâtiments…

M BESIERS a proposé : que le C Dép… fasse l’acquisition de l’ancien moyen séjour… qui permettrait d’agrandir le CMS… ce dernier s’avère trop exigu… et sa structure ne supporte pas un étage… tout cela est mis à la discrétion du Directeur du CHICM… et sûrement de l’ ARS…

 Octobre 2016 : un article de  »la Dépêche »… le (20/10/2016)… semble tout remettre en question…

Ce qui nous laisse perplexes et inquiets…

Dernièrement une société patrimoniale serait intéressée par les anciens bâtiments… (affaire à suivre)

Je me permets ici de souligner… ce soir… l’implication et l’investissement personnels.. de M le Maire et C Dép… afin de faire avancer le dossier… et surtout de rechercher le maximum d’aides et de moyens financiers… pour que soit atténué le montant de l’emprunt… et donc de  la participation des résidents et de leurs familles…

 Nous sommes en novembre 2016 : et pour l’instant rien n’est définitivement arrêté…

Ni l’acceptation des finalités de l’architecte…

Ni surtout le bouclage… du montage financier…

On parle du transfert des résidents… pendant la durée des travaux… (sûrement plus de deux années).

On évoque la réouverture de l’ancienne maison de retraite de MOISSAC… fermée depuis le 12/10/2012… qui ferait l’objet de quelques menus travaux de restauration…

Le transfert prévu en 2016 (septembre / octobre) a été reporté à la même période en 2017…

Je ne vous explique pas… les perturbations que vont subir les résidents… la perte de repères..

un nouveau cadre… des chambres plus petites… sans aucune commodité supplémentaire… mais avec toujours plus de tarification… et à l’horizon  2020… ou plus ?…  »bis répétita »… opération inverse…

C’est là que la réhabilitation des anciens bâtiments prenait toute sa signification… avec un minimum de déplacement en une seule et unique fois… augmentant par la suite la capacité d’accueil de l’ EHPAD… en s’appuyant sur des structures particulièrement solides dont la résistance n’est plus à démontrer…

Date de la construction de l’ancien hôpital route de TOULOUSE en : 1847… L’ex maternité en : 1860… (fermée depuis 1981)… et l’ancienne clinique bâtie en : 1877…

Il est évident que par manque d’entretien ces bâtiments s’abîment… mais ils résistent malgré tout… et ce depuis plus d’un siècle et demi… et supporteront facilement une réhabilitation…

Alors que les nouvelles constructions auront une durée de vie de : 30… tout au plus 35 ans…

(pour peu que l’on ne prévoit pas un budget minimum pour l’entretien)… et Hélas ! pour une durée d’emprunt de  40… 50… et même peut-être 60 ans… (bel héritage pour l’avenir)…

A l’heure où l’on greffe les deux poumons d’une jeune femme… où l’on extrait un fétus de quelques semaines… pour résorber une malformation et que par la suite la naissance se déroule normalement… Ce qui était impensable sans cette intervention…

Cela a nécessité des équipes doublées… des personnels  spécialisés… des matériels sophistiqués…

A l’heure où les opérations cardiaques …rénales… et autres organes… que des prothèses de membres supérieurs et inférieurs permettent de retrouver une nouvelle autonomie…

A l’heure où l’informatique et la robotique viennent seconder les praticiens… que ce soit de près ou à distance… et c’est tant mieux pour les Patients… et pour la Médecine…

Il semble que fournir des établissements adaptés et des personnels en nombre suffisant… pour accompagner les personnes âgées… pour une fin de vie décente… correcte… normale…(en somme)… sans ponctionner fortement les escarcelles des résidents ou de leurs familles… Il semble donc que ce soit utopique… et relève de l’impossible……

Il est question d’un nouveau CHU sur la zone de MONTAUBAN… et d’une gigantesque nouvelle plate-forme hospitalière sur TOULOUSE ?… ceux seront des investissements de plusieurs centaines de M€… pour les contribuables… (peut-être est-ce nécessaire… voir Urgent)… ?…

Or à CASTELSARRASIN… pour les résidents et leurs familles ce sera la double peine… une première participation financière en temps que contribuable et une seconde pour l’amortissement de l’emprunt…   (et nous n’aurions pas notre mot à dire) !

Oui de l’argent… il y en a !… et les gaspillages sont légions… l’exemple le plus probant… ici chez nous… a été celui de CRE (Centre Régional des Essences)… route de TOULOUSE… 10 M€ de travaux de réhabilitation ont été engagés… et à peine un an après… fermeture totale du site

accompagnée de la suppression d’une trentaine d’emplois…

Alors insistons… Je serais tenté de dire : exigeons des divers organismes… des élus… de l’ ARS… de la Direction du CHICM… pour rapidement… très rapidement trouver des solutions… et la prise en charge financière qui va avec… afin de doter l’ EHPAD de CASTELARRASIN… d’une maison de retraite (digne de ce nom)… nécessaire… indispensable…

Et surtout que le projet ne reste pas encore plusieurs années en attente…

Merci de m’avoir écouté…

Intervention de Daniel Botta lors de l’assemblée générale du comité de défense

Depuis 2008 le Conseil de Surveillance  a été remplacé par le Conseil d’Administration.

14 membres avec voix délibérative : 5 élus, 2 représentants des personnels (syndicats, 3 représentants des usagers et 4 personnes qualifiées.

Il n’assure pas la gouvernance et n’a aucun pouvoir exécutif ; il valide les décisions prises par la direction et est informé de la politique de l’établissement.

Chaque réunion commence par l’approbation du compte rendu de la réunion précédente.

Encore faut-il qu’il soit bien informé et que le compte rendu soit bien exact.

Or, c’est loin d’avoir été le cas pour les 3 derniers conseils de juin, septembre et octobre.

En juin, dont le début a été perturbé par le Comité de Défense et les syndicats, après débat nous avons émis un avis sur la convention constitutive du GHT ; le résultat des avis (5 favorables avec réserves, 5 défavorables et 1 abstention) a été diffusé et jamais le président du CS a alors acté que sa voix étant prépondérante, l’avis du CS était favorable.

Pourtant c’est ce qui apparaît dans le compte rendu présenté en septembre. Pourquoi?

En juin toujours le président de la CME, questionné sur le projet médical partagé, a affirmé que rien n’était acté. Or cela ne figure pas dans le compte rendu.

Au conseil de septembre avant l’envahissement citoyen nous en étions à traiter de toutes ces anomalies.

Confirmation des propos du Président de la CME qui nous avait donc menti puisque fin juin les bureaux des 2 CME ont validé ce que devrait être le Projet Médical Partagé ; pourquoi n’avons-nous pas été informé ?

Il était exigé que tout cela figure dans le futur compte rendu et j’insiste, le compte rendu de juin n’a pu être alors approuvé suite à l’envahissement citoyen.

Après l’envahissement nous avons eu une info sur l’activité toujours en hausse.

Par contre aucune info sur les conséquences sur l’activité des urgences et la sécurité des patients de la fermeture du laboratoire la nuit par la ventilation systématique sur Montauban.

Aucune réponse sur au moins 2 cas d’urgences chirurgicales refusées par le CHMontauban ; le président de la CME n’étant pas au courant, ce que j’ai du mal à croire.

Confirmation que le laboratoire serait encore fermé au moins 5 nuits par mois.

Quant au rapport du groupe de consensus dit des « sages » pas de nouvelle !

J’attendais que tout cela figure dans le compte rendu.

Or, réunion d’octobre quid de ce compte rendu ! De qui se moque-t-on ?

Par contre, en fin de réunion, remise du rapport du groupe de consensus sans examen et avis éventuel.

Sauf que ce doc est arrivé le 11 juillet au CHMontauban et qu’en septembre il a été affirmé qu’il n’était toujours pas paru !!!!

Enfin dans ce rapport apparaît des propositions inquiétantes en particulier la disparition programmée du plateau technique du CHIC puisque le groupe propose un unique plateau technique situé

« à proximité immédiate des axes majeurs de circulation (autoroutes) ou d’intérêt régional (RD820) »

Moissac conserverait les soins de premier recours, les urgences et des consultations de spécialistes.Tout ceci démontre qu’un Comité de Défense actif, attentif et mobilisé est nécessaire.

D’autant plus que la gouvernance du GHT est dévolue à un comité stratégique et un comité médical verrouillés par les praticiens montalbanais et que c’est le CHMontauban qui est l’établissement support.

Ce n’est pas le Comité des Elus prévu dans le GHT qui peut nous garantir une offre de soins égalitaires dans le 82 en particulier dans notre bassin ce que le CHIC assure pour l’instant !!!

Compte-rendu de l’assemblée générale du 4 novembre 2016

  • Extraits du rapport moral présenté par le Président du comité de défense, Jean Paul Nunzi

Le Président rappelle les 2 préoccupations majeures qui ont justifié toutes les actions engagées depuis plusieurs mois :

– Le maintien et le développement de tous les services existant aujourd’hui à l’hôpital

– la maison de retraite de Castel vétuste et indigne pour les résidents (cette question a été traitée par le Vice-président : Angelo Bordignon).

Le service qui a paru le plus fragile au Comité de Défense est le service de chirurgie orthopédique car il n’y a pas dans ce service de chirurgien fonctionnaire (Praticien Hospitalier). Les 2 Chirurgiens qui exercent avec beaucoup de compétence ont des contrats précaires qui sont annulables tous les ans.

Le but du Comité est, depuis un an, la nomination de chirurgiens sur un, voire deux postes de PH (Praticiens Hospitaliers titulaires de leur poste à l’hôpital Castel-Moissac).

Parce qu’il n’y avait pas d’autres candidats que ceux exerçant à Moissac, nous avons demandé aux élus et au Directeur, par une lettre ouverte, qu’avant le 31 juin 2016 (date de l’expiration du contrat d’un des chirurgiens), le poste soit attribué au chirurgien candidat.

La négociation entre le directeur et le chirurgien n’ayant pas eu lieu, malgré notre demande, le 22 juin, le Comité de Défense a appelé la population à occuper la salle où se tenait le Conseil de Surveillance. Malgré cette pression populaire les élus n’ont rien exigé du directeur et ont même, imprudemment voté (à l’exception du Maire de Castel) les propositions concernant le GHT qui mettent notre établissement dans une position très minoritaire.

En conséquence, pendant  l’été, une lettre ouverte a été adressée à M.Henryot, Président du Conseil de Surveillance, à M.Bésiers, Vice-président, et à M.Cabrières, directeur, lettre signée par 8000 personnes, traduisant l’inquiétude de la population.

Au Conseil de Surveillance du 22 septembre, le Comité a appelé, de nouveau, à une manifestation avec occupation de la salle pour exprimer notre exaspération de ne voir rien se passer et pour remettre solennellement les 8000 signatures aux destinataires.

L’occupation s’est  soldée par un engagement des élus et du directeur de rencontrer les chirurgiens concernés et de nous recevoir avant la fin octobre pour faire le point.

La rencontre avec les chirurgiens a enfin eu lieu mais quelle dépense d’énergie du Comité et des citoyens pour arriver à ce résultat !!! Des solutions ont été envisagées mais rien de concret à ce jour et la rencontre promise par les élus avant fin octobre n’a pas eu lieu.

Nous avons depuis rencontré le Président du Conseil Départemental, Christian Astruc qui, élu de notre bassin de vie, nous a fait part de l’attachement de la population à cet hôpital. Nous avons avec lui réussi à convaincre Pierre Mardegan (Président de la CME de l’hôpital de Montauban, patron des urgences et Vice Président du Conseil Départemental) de la justesse de nos inquiétudes. Après un entretien avec les chirurgiens concernés, il a obtenu des responsables de l’ARS (Agence Régionale de Santé) la transformation du poste de PH en deux demi-postes  permettant de régulariser la situation des chirurgiens orthopédistes et par conséquent d’avoir 2 titulaires PH assurant par la même la pérennité du service chirurgie pour notre hôpital.

POURQUOI TANT D’INSISTANCE ?

Le Président du Comité de Défense rappelle que pendant plus de 20 ans, il a été Vice président de l’Association des Petites Villes de France, villes de 5 à 20000 habitants, strate où les services hospitaliers sont menacés et qu’il a vu des dizaines de villes perdre leur service maternité, leur service de chirurgie, leur service des urgences. Il faut donc être vigilant et mettre tout en œuvre pour assurer la poursuite d’activité.

Il est particulièrement important dans cette période d’incertitudes de pérenniser le service chirurgie.

  • L’évolution de la mise en œuvre des GHT ne nous met pas à l’abri de décisions prises par l’hôpital –support(Montauban) à l’encontre des intérêts de notre établissement.
  • Les élections présidentielles et législatives dans quelques mois peuvent déboucher sur des économies considérables (comme cela est annoncé par certains candidats) et nous savons, par expérience, que nos établissements seront particulièrement visés.

Avec des chirurgiens fonctionnaires à Moissac, attachés à leurs postes, les risques sont réduits. Mais nous ne devons pas baisser la garde et rester particulièrement vigilants dans la période qui vient.

Le président demande solennellement  à messieurs les élus  de suivre ce dossier et de le faire aboutir dans les semaines qui viennent de manière à ce qu’au mois de mars, notre hôpital disposant d’équipes de chirurgiens, soit en mesure de faire face aux besoins de notre population tout en acceptant une coopération constructive avec les praticiens de l’hôpital  de Montauban.

Bien sur, le Comité de Défense reste très vigilant sur ce qui se passe dans les  services car ils dépendent plus ou moins  les uns des autres (laboratoire, radiologie, urgences…)

Rapport voté à l’unanimité des présents

  • Rapport d’activités par Michel Beugin (rapporteur)

Pour cette année d’activités, les actions ont été les suivantes :

-Plus de 20 réunions du bureau et du conseil d’administration.

-La mise en place d’un blog.

-L’adhésion à la coordination nationale des comités de défense des hôpitaux de proximité.

-Distribution de tracts sur les marchés et les centres commerciaux de Moissac et Castelsarrasin.

-Présence le 10/09/2016 au forum des associations à Moissac et à  Castelsarrasin.

-2 réunions  publiques d’information : le 7 octobre 2015 au hall de Paris (600 personnes présentes), le 24 novembre 2015 salle Jean Moulin à Castelsarrasin (600 personnes présentes).

«-Lors des élections régionales en décembre 2015, des questions ont été posées à tous les candidats sur le devenir de l’hôpital. Les réponses ont été publiées.

-Le président du Comité de Défense, accompagné de membres du bureau ont rencontré les élus, les médecins de l’hôpital à plusieurs reprises.

-3 manifestations de protestation avec l’appui de la population :

*le lundi 20 juin 2016 : rassemblement devant l’hôpital de Moissac. 400 personnes mobilisées pour défendre le service chirurgie..

*le jeudi 23 juin 2016 rassemblement devant l’HEPAD de Castelsarrasin et intervention pendant la réunion du conseil de surveillance lors du vote de la mise en place du GHT.

*le jeudi 22 septembre devant l’hôpital de Moissac (200 personnes) puis intervention pendant la réunion du conseil de surveillance. Objectifs : la remise solennelle des 8000 signatures suite à la lettre ouverte pour la transformation des postes précaires de chirurgiens en postes de praticiens hospitaliers.

Rapport voté à l’unanimité des présents.

  • Rapport  financier rapporté par Claude Beugin (trésorière)

Recettes : 3023,64 euros.

Dépenses : 559,05 euros

Le rapport financier est voté à l’unanimité des présents