Le nouveau fonctionnement des hôpitaux

Les membres du Conseil d’Administration du comité de défense se sont réunis pour faire le point sur la situation de l’hôpital en évoquant tout particulièrement la loi « modernisation de notre système de santé » adoptée en dernière lecture à l’Assemblée Nationale en décembre 2015 et qui contient un chapitre important: « les GHT, groupements hospitaliers de territoire », qui définit une nouvelle organisation des hôpitaux.

Jean-Paul Nunzi a présenté cette loi dont les décrets d’application ne sont pas tous parus et il reste un certain nombre de points un peu flous. Néanmoins, on peut affirmer que cette loi a l’ambition de voir se créer des GHT, dont le but serait le maintien de la proximité, la coopération entre établissements hospitaliers « le projet médical partagé ».

Des équipes par spécialité seront constituées: pôles de chirurgie digestive, orthopédique, médecine, anesthésie, regroupant les praticiens des établissements du GHT exerçant la même spécialité. Il y a la recherche d’une mutualisation des moyens matériels, techniques et humains.

Le projet de coopération peut paraître intéressant à condition que les services existants  d’un hôpital comme Castel-Moissac soient respectés, soutenus, appelés à s’étendre et non l’inverse : aboutir à une réduction voire à la disparition d’un  service.

Le groupement est dominé par un hôpital support qui se voit déléguer un certain nombre de missions comme les achats, la formation du personnel, le recrutement, … On peut craindre là une perte d’autonomie de l’hôpital qui ne sera pas support sur des décisions importantes pour son propre fonctionnement.

Des rencontres entre commissions médicales d’établissements et praticiens concernés sont prévues par spécialité, les pôles devant être mis en place ainsi que le choix de l’hôpital support avant le 1er juillet 2016. Il y aura aussi solidarité financière entre les établissements du GHT. Quand on sait la situation financière de l’hôpital  de Montauban, on peut être légitimement inquiets.

Tout cela montre que s’il sera difficile de ne pas respecter la loi, les conditions de la mise en œuvre  du GHT sont essentielles pour l’avenir de notre établissement. Il est souhaitable que les conclusions des rencontres des praticiens pour la mise en œuvre des pôles soient transparentes de manière à juger si notre hôpital n’est pas pénalisé par le dispositif. Nous avons fait appel aux membres de la CME de Castel-Moissac et aux praticiens concernés pour être déterminés dans leur volonté de défendre nos services et de les améliorer. Nous leur avons affirmé notre soutien dans cette période cruciale et notre rapide et massive mobilisation si besoin est.

Nous tiendrons la population au courant de ce qui se met en place et nous vous demandons d’être disponibles pour une éventuelle action. Le processus commence à peine. Il est bon qu’on sache à tous les niveaux que nous veillons à ce qui se prépare de manière à conserver à nos concitoyens cet outil exceptionnel que constitue l’hôpital de Castel-Moissac pour notre bassin de vie.

 

Publicités