Les nouvelles du CHICM

Compte rendu de la réunion du Conseil d’Administration du 14 mars 20

Le président du Comité de défense du CHIC, Jean Paul Nunzi, débute la réunion en présentant les invités :

-Les représentantes des syndicats hospitaliers de l’établissement : Mmes Fernande Delmas et Sandrine De Carvalho pour la CGT, Mmes Jackie Gallego et Veronique Acurlio pour la CFDT, Mme Séverine Couteau pour FO.

– Etaient également invités les Présidents des Commissions Médicales d’Etablissement (CME) de Montauban Mr le docteur Pierre Mardegan et de Castel-Moissac. Mr le Dr Bassam Lemaire  qui était excusé (en congé) mais avait indiqué qu’il se ferait représenter – malheureusement aucun représentant n’est venu, ce qui est regrettable.

Le président rappelle les actions du comité qui étaient d’assurer la pérennité du service chirurgie de l’hôpital de Moissac. Suite à nos demandes répétées, la commission  médicale  d’établissement avait proposé la création sur Moissac d’1/2 poste P.H. en chirurgie orthopédique (destiné au Dr Nesry) et la conservation du poste de P.H. qui existe déjà. Après une année probatoire, le Docteur Nesry occuperait le poste à plein temps de praticien hospitalier titulaire, le 1/2 poste libéré serait attribué au docteur Faure. Le plateau technique disposerait ainsi de praticiens hospitaliers en chirurgie digestive et orthopédique, titulaires. Le comité de défense était satisfait de cette avancée.

Mr le docteur Nesry affirme que la direction de l’établissement l’a informé  que l’ARS avait confirmé la création du demi-poste de PH en chirurgie ortho –traumatologie, information confirmée par Mr le docteur Mardegan.

BONNE NOUVELLE DONC QUI MONTRE QUE L’ACTION MENEE A ETE PAYANTE

Jean Paul Nunzi  passe la parole aux représentants syndicaux pour qu’ils nous fassent part de leurs remarques, inquiétudes, observations ou revendications concernant les établissements hospitaliers de Castel-Moissac y compris les EHPAD.

1) Pour le personnel : manque de lisibilité, de compréhension et de communication dans la mise en application et le fonctionnement du G.H.T. Ce point est la première interrogation.

Les représentants syndicaux affirment que leurs collègues montalbanais ne sont pas demandeurs de la construction d’un nouvel hôpital du coté de Bressols mais souhaitent des travaux de restauration et d’extension dans le périmètre de l’établissement actuel.

2) Concernant les conditions de travail : Gros problèmes aux niveaux des congés annuels, c’est une situation qui se dégrade.

-Impossibilité de poser 3 semaines de congés en juillet-août, ceci dans beaucoup de services              -Autre remarque : les familles avec enfants sont privilégiées et cela est discriminatoire.

-Sur les heures supplémentaires : exemple au niveau des infirmières – Les heures supplémentaires sont de plus en plus nécessaires pour faire face à l’accroissement de travail mais de plus en plus de difficultés pour récupérer ces heures qui finissent par s’accumuler de façon inquiétante.

Comment sont calculées les heures supplémentaires :

°Dans les EHPAD il n’y a plus d’infirmières à partir de 20h, s’il y a une urgence à 19h30 le travail peut vous entraîner jusqu’à 22 ou 23h.

°Le  temps de réunion est calculé en heures supplémentaires

°Quand il y une charge de travail plus importante sur les soins et comme il y a moins d’effectifs, le temps de travail peut être dépassé.

En règle générale les heures supplémentaires ne sont pas contestées, mais le problème est la récupération. Elles sont cumulées d’une année sur l’autre : exemple d’une infirmière qui fin 2016 a 34h de récupération, et aujourd’hui, en mars 2017, plus de 60h. Certains cumulent 100h voire 120h.

3) La réduction de personnel se fait de plus en plus sentir.. Exemples :

– le passage à 12h a fait que plus de 10 infirmières ont été renvoyées en 2014 – certaines étaient sous contrat qui n’a pas été renouvelé, d’autres n’étaient pas titulaires mais bénéficiaient d’une bourse d’étude et ont été invitées à partir –

A noter l’existence de contrats précaires pour certaines personnes qui ont plus de six ans de présence, ce qui est illégal.

_ La continuité des soins est de plus en plus difficile à assurer. On déshumanise le relationnel avec le malade car les conditions de travail ne sont plus possibles sans parler de la fatigue du personnel et ceci au profit de la rentabilité –

4) Le problème du déménagement avant le début des travaux lors la construction de la maison de retraite à Castelsarrasin, prévu fin septembre début octobre :

– Aujourd’hui il n’y a pas de déménageurs et pas de camions de déménagement. Le personnel se refuse à assurer ce « service ».

5) Le manque de matériel au niveau de l’EHPAD. Il faut tout le temps réclamer ou faire autrement ce qui rend la tâche difficile au quotidien.

6) Problème de fonctionnement du laboratoire d’analyse : Disfonctionnement dans le système de garde et la fermeture la nuit de plus en plus fréquente – exemple : en mars 6 nuits sont prévues et à chaque fermeture les analyses sont envoyées en taxi sur Montauban, où est la rentabilité ? – Nota : Mr Botta à demandé à la direction une évaluation de ces coûts de transport et à ce jour, il n’a reçu aucune réponse. Mr le Dr Mardegan intervient pour dire que tout le monde partage ce constat, mais pour que le service des urgences continue de fonctionner, c’est cette solution que la direction a prise, même si ce n’est pas la meilleure, cela nous permet d’avoir l’autorisation de poursuivre l’activité.

7) Dans les EHPAD, en l’absence de médecin traitant, les infirmières sont obligées d’appeler le Samu et cela  pose problème – réponse de Mr Mardegan : Faire appel au médecin régulateur qui analyse la situation avec l’infirmière et propose les bonnes solutions en fonction du diagnostic, aussi ne pas hésiter à appeler le 15 –

Mr le Dr Mardegan intervient à nouveau pour dire : « Le Samu c’est 55000 appels par an, tous les matins nous avons une réunion  pour faire le point sur chaque dossier et nous faisons au mieux pour résoudre les problèmes car on est parfaitement conscients des difficultés que nous rencontrons et on essaye de trouver toujours des solutions même en période de tension.

Le président déclare en conclusion que le comité de défense reste à l’écoute des remarques des syndicats et qu’il est solidaire des revendications des personnels hospitaliers.

 EN DEUXIEME PARTIE IL EST PREVU DE FAIRE LE POINT SUR LE GHT AVEC LES PRESIDENTS DE CME

Le Dr Mardegan indique que l’assemblée constitutive à bien eu lieu. Les instances sont mises en place. Le conseil médical est installé, également la présidence de la CME : c’est le médecin de Valence d’Agen qui en prend la présidence. Les structures sont en place, les différentes filières vont démarrer, la première filière, la gastro- entérologie, en lien avec Montauban. Des médecins de l’hôpital de Montauban viendront consulter et opérer à Moissac et ainsi pratiquer la médecine de proximité. Mise en place 2ème trimestre 2017 pour la partie digestive. Il faut aussi que le patient soit acteur et qu’on lui explique ce qu’est le GHT.

La partie gynéco-obstétrique est en place. Pour la partie orthopédique on va attendre que le Dr Nesry soit en poste. L’objectif pour Moissac et Montauban est de rester attractif d’où la nécessité de renforcer cette alliance pour offrir des services de qualité pour la population du département avec 2 sites d’intervention. Il est important que cela marche car le changement de propriétaire de la clinique du Pont des Chaumes (une des plus grosses sociétés au niveau mondial) pourrait inquiéter sur l’avenir de l’hospitalisation publique dans le département

Question : quelle garantie avons-nous de maintenir à Moissac l’activité en particulier l’orthopédie, car l’inquiétude est de ne voir que des opérations ambulatoires à Moissac et de voir partir sur Montauban les interventions plus importantes.

Réponse du Dr Mardegan : les structures qui se mettent en place et que je viens de décrire sont à titre expérimental. On peut toujours faire des constats et retourner en arrière. D’autre part, certaines interventions très lourdes nécessitent un encadrement technique spécifique qui ne peut être assuré à Moissac (Réanimation pour des pathologies lourdes cardiaques ou respiratoires). En ce qui concerne la chirurgie ambulatoire c’est une évolution médicale positive pour le bien du malade. Dans un cas comme dans l’autre il faut faire confiance au corps médical. Il n’y aura pas de frein aux opérations sur l’Hôpital de Moissac.

MAISON DE RETRAITE DE CASTELSARRASIN

Question de Mr Angello Bordignon : Où en est-on dans le montage financier concernant l’EHPAD de Castelsarrasin ? Aujourd’hui participe au financement la Marie de Castelsarrasin, l’ARS pour un montant de 200.000 €, un montant à confirmer de l’ex-Ministre pour 500.000€, sans oublier le conseil départemental. Ce qui inquiète c’est que nous avons aujourd’hui 4 voire 4,5 millions d’€ mais pour arriver à 16 millions on va avoir recours à l’emprunt. Qui va payer ? les résidents !!! ce qui veut dire que le montant de l’hébergement va augmenter de 300€. Quelles sont les familles qui pourront rester dans ces conditions?

Réponse du Maire de Castelsarrasin : Nous sommes en poste depuis 2014 et nous nous battons pour voir se réaliser la construction de ces nouveaux bâtiments. Nous apportons toutes les solutions pour que la ville, le département et d’autres financeurs participent au montage financier. Actuellement on est avec le directeur de l’Hôpital sur un emprunt de 10 millions. L’objectif poursuivi est de faire le maximum pour réduire l’emprunt. Monsieur Bésiers semble avoir encore des solutions en attente.

AFFAIRE A SUIVRE

 

 

Publicités