Analyse du Président des usagers – M.Botta

Notre hôpital est confronté à deux problèmes :
– Déficit dû à la tarification à l’acte et à l’encadrement de son activité.
– Un projet médical territorial en préparation préconisant la mutualisation des moyens avec le CHM et la constitution de pôles au CHM avec des équipes départementales mobiles.
Le personnel de notre hôpital a fait de gros efforts ayant permis une réduction du déficit que l’on peut considérer
comme maîtrisée.
Les projections d’activité communiquées pour 2015, sont en augmentation dans tous les secteurs d’activité et montrent que cette politique de maîtrise du déficit se poursuit, que le modèle moissagais répond aux besoins de la population de notre bassin de vie en matière de soins avec des coûts maîtrisés.
Il doit donc être au moins être maintenu.
Un plan médical territorial est en préparation dans le plus grand secret ; en effet, jusqu’à présent, le Conseil de Surveillance de l’hôpital, qui a pourtant des compétences élargies en matière de collaboration entre établissements, est tenu à l’écart ; de plus il ne semble pas que tous les futurs acteurs soient prêts à cette mutualisation des compétences !
Son seul but est une réduction des coûts, ce qui resterait à prouver, et pour moi comme pour beaucoup d’autres une mise en péril de l’activité de notre hôpital.
S’il n’y avait pas eu mobilisation du personnel et des usagers quid du Docteur Nezri au 01/07!
Il n’était pas prévu de recruter un nouveau chirurgien orthopédiste.
Jamais cette hypothèse n’avait été avancée par l’ARS !
Jamais le conseil de surveillance n’avait été informé qu’un recrutement été prévu et en tout cas au 01/07 c’était exclus !
Où en serait l’activité de notre hôpital aujourd’hui, si le docteur Nezri n’était plus là ?

– Diminution d’au moins 60% de l’activité du bloc et donc moins de recettes pour l’hôpital ! Aïe le déficit !
– Le maintien de l’équipe du bloc aurait été rapidement remise en cause !
– Impact sur l’activité des urgences, dont la rénovation est pourtant programmée et commencée, car il y aurait eu obligatoirement plus d’orientations systématiques sur le CHM!
– Impact sur l’activité de la radiologie qui tourne pourtant du feu de Dieu, du service d’analyse, de la pharmacie ….
Dans ces conditions il est difficile de croire qu’ailleurs, à l’ARS par exemple, l’absorption de notre hôpital par celui de Montauban n’est pas programmée et ce depuis pas mal de temps !
D’autant que certains acteurs ne cachent pas leur souhait de voir un unique hôpital public dans le département.
Et enfin que dire du transfert de la tutelle de la gestion à la trésorerie de Montauban !
Début de la fusion ?
Nous avons obtenu un répit !
Attention le risque demeure !
Les préconisations de Mapping Consulting pour le PMT l’envisage !
Pour cette agence le remède à tous les maux est la mutualisation par création de pôles et d’équipes mobiles départementales basées où ? Chiche au CHIC et bien non perdu ! Au CHM ! (gériatrie, mère-enfant, …)
Notre CHIC deviendrait alors une annexe de consultations et d’orientation vers le CHM !
Sauf que les praticiens du CHM n’ont jamais voulu, sauf exception, collaborer avec leurs collègues moissagais !
On voudrait nous faire croire que par un coup de baguette magique du jour au lendemain YES THEY CAN !
En fait, il s’agit de mettre à mal le modèle moissagais, basé sur une collaboration avec le privé remarquable grâce à la réactivité et l’implication des personnels !
Au passage certains de ces praticiens pourraient et voudraient intervenir plus mais l’ARS leur refuse !
Pourquoi ?
Quant au développement de l’ambulatoire, il semble que notre hôpital soit déjà au-dessus des moyennes nationales !
De plus l’ambulatoire ne correspond pas forcément à la situation d’isolement, de précarité, de dépendance d’une grande partie de notre population.
En a-t-on mesuré les conséquences ?
Le CHIC ce n’est pas que la chirurgie !
Pour l’EHPAD, c’est aussi une grande préoccupation.
Il y a une grande incompréhension entre le personnel, les familles et la direction sur le respect de la convention tripartite en matière d’encadrement et il semble que des postes pourtant budgétisés ne sont pas pourvus.
La reconstruction à Castelsarrasin, décidée par l’ARS et le Conseil Départemental, est loin d’être financée et il faut que vous sachiez que la charge pour 1 million d’euros empruntés par l’établissement verra le tarif augmenter de 1% et qu’il faudra au moins 10 millions d’euros !
Est-il normal que les résidents est à payer la quasi-totalité de l’investissement ?
Le conseil départemental fait-il de même avec les parents d’élèves quand il décide de la construction d’un collège ?
Pour la médecine, l’HAD, et les autres secteurs d’activité du CHIC, la création de pôles et d’équipes mobiles départementales ne sera pas sans conséquence !
Il faut être réaliste et ne pas verser dans la démagogie !
Il faut simplement exiger que notre hôpital continue de proposer des soins compatibles avec les possibilités de son plateau technique et de ses équipes !
Rien de plus !
Voilà pourquoi la population de tout le bassin ouest du département doit être prête à se mobiliser pour que notre hôpital continue à dispenser au moins le niveau de soins actuels!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s