Intervention de J. P. Bésiers

COMITE DE DEFENSE DE LHÔPITAL CASTELSARRASIN-MOISSAC

Réunion Publique du 24 novembre 2015

Salle Jean-Moulin – CASTELSARRASIN

*****************

Intervention de Jean-Philippe BESIERS

Maire de Castelsarrasin

Vice-Président du Conseil Départemental du Tarn & Garonne

Pour la seconde fois en quelques semaines, nous nous réunissons pour manifester notre attachement, unanime, à notre hôpital.

La mobilisation est totale autour de cette institution, si chère à notre population et à son territoire tant il est vrai qu’elle nous est absolument indispensable.

Certes, notre hôpital connait des hauts et des bas. Et c’est bien parce qu’il y a eu et qu’il y aura des bas qu’il faut que nous soyons présents, mobilisés, sans cesse en veille et observer une extrême vigilance face aux mesures qui pourraient mettre ne péril sa pérennité.

Alors OUI, nous sommes tous ici, population, usagers, parents d’usagers, agents, acteurs du secteur médical, comité de défense, élus pour dire encore et encore que nous voulons un réel statut institutionnel et établi dans le temps et la durée de cet hôpital.

Y renoncer serait contraire à la notion de service public de proximité à laquelle nous sommes tous attachés.

Y renoncer voudrait dire que nous n’avons pas su prendre la mesure d’éventuelles menaces qui pèseraient sur cet établissement.

Y renoncer serait de contraindre la population qui bénéficie de ses services à se déplacer vers d’autres centres.

Y renoncer serait de créer une rupture dans la chaine des soins localement.

Mais de ceci, nous n’en voulons point !

Nous voulons un service de proximité avec des agents et des praticiens aux compétences reconnues.

Nous voulons la poursuite d’investissements sur ce site car c’est un gage de pérennité et d’accueil en sécurité des patients.

Non ! Notre hôpital n’est pas une entreprise côté au CAC 40 ! Notre hôpital est un service public, avec toutes ses composantes. C’est un choix politique que de conserver ce service à la portée de tout notre territoire. C’est le choix de la sécurité, c’est le choix du bon sens, c’est le choix de la raison, une raison qui nous pousse à cette mobilisation.

Je remercie l’ensemble des élus des communes concernées par l’hôpital qui sont ici présents, tout comme je remercie et associe les élus de la communauté de communes Terres de Confluences et son Président Bernard GARGUY, le Président du Conseil de Surveillance Jean-Michel HENRYOT, de se mobiliser de leur côté pour que notre établissement poursuive sa route dans les meilleures conditions qu’il soit. Je ne reviendrai pas sur nos déplacements à Toulouse pour rencontrer Mme la Directrice de l’ARS et lui redire notre volonté et notre détermination pour la préservation de ce service, tout comme nous lui avons manifesté notre légitime inquiétude et empressement à voir la prochaine réhabilitation de l’EHPAD de Castelsarrasin.

Ces rencontres nous ont permis d’évoquer le Projet Médical de Territoire, auquel nous, élus souhaitions être associés car la légitimité que nous ont conféré les urnes nous rend responsables de notre action vis-à-vis de la population. Et nous n’aurions su être écartés de ce projet tant il est vrai qu’il engage l’offre de santé de notre bassin de vie et bien au-delà.

Comme je l’ai déjà dit publiquement, je ne suis pas quelqu’un qui est issu du monde médical. Mais je sais que ce monde-là attend beaucoup des élus, tout comme nos concitoyens. Et c’est tout naturellement et avec pragmatisme que nous aurions pu porter dans ce projet l’importance que nous, élus, accordons à notre hôpital.

On nous parle de déficit de la structure ? L’hôpital de Moissac a montré, récemment, que les efforts consentis par tous et à commencer par les professionnels de santé de l’établissement et tous les agents, ont porté leurs fruits.

Un projet partagé avec Montauban ? Alors il faut en définir les missions avec exactitude de façon à ce que chacune des structures ait un rôle prépondérant sur le territoire qui la concerne. Les urgences et la chirurgie sont un enjeu majeur de la pérennité de Moissac, comme tous les services d’ailleurs.

Nous ne saurions concevoir la suite sans ce socle d’activités. Nous ne saurions la concevoir sans les missions élémentaires et indispensables d’un hôpital qui soit digne de ce nom, en toute indépendance.

Je ne souhaite pas alourdir là mon propos mais sachez toute la détermination qui est la mienne et celle des élus qui m’entourent pour défendre avec force ce bel établissement, ses agents pour un accueil et des soins de qualité, et en quelque sorte, faire ici ce qui se fait de mieux ailleurs.

La Sécurité Sociale fête ses 70 ans d’existence. Un modèle « Made in France » qui est envié par beaucoup d’autres pays. Notre hôpital en est un des maillons.

A nous de le défendre !

Nous en avons la volonté. A nos gouvernants de nous accompagner.

Publicités